Quel filament pour imprimante 3D choisir ?

Filament pour imprimante 3D

Avec l’évolution de la technologie, l’impression se développe également. Pour imprimer en 3D, une très large variété de consommables existe. Ces consommables peuvent être en matière plastique, en métal, organique ou céramique. Le choix dépend des procédés d’impression, de l’imprimante. Il repose sur d’éventuelles contraintes en termes de prix, de qualité, du type d’objet, et surtout de l’environnement, de l’écologie.

Les consommables en plastique pour l’impression 3D

Les consommables en plastique pour imprimer en 3D sont sous forme de filament.

Le filament 3D Polylactic Acid (PLA) constitue le matériel le plus courant pour l’impression 3D. La bobine pla est un thermoplastique, facile à utiliser. L’impression ne nécessite que de très faible température. Le filament PLA s’avère compatible avec la majorité des imprimantes 3D. La difficulté d’adhérence n’existe pas. Il se refroidit rapidement. Il dispose d’une capacité de liaison intercouche considérable. Il est très économique. Le filament pla, par ses caractéristiques, s’utilise comme base des composites. Nombreux sont les coloris du filament PLA. Néanmoins, le filament PLA est sensible à l’humidité et il peut perdre de couleur. Il se casse facilement. Les consommables pour l’impression 3D peuvent être consultés sur www.arianeplast.com.

Le filament Acrylonitrile Butadiène Styrène (ABS) est également un consommable en plastique convenant pour l’impression 3D. Il s’avère polyvalent et très courant. Il s’adapte avec la plupart des machines. Il résiste au choc et à la chaleur. Il nécessite un plateau chauffant. Le filament ABS est un matériau souple, difficile à se casser. Il reste facile à nettoyer. Toutefois, étant un plastique pétrolier, le filament ABS n’est pas biodégradable. Il se déforme facilement, l’impression devient plus compliquée.

Les consommables en métaux pour l’impression 3D

Les métaux font partie des matériaux les plus employés en impression 3D. Ils sont utilisés sous forme de poudre et requièrent une technique un peu plus longue. Les poudres métalliques concernent essentiellement l’acier, l’aluminium, le cobalt, le titane et l’or.

L’acier s’emploie pour la conception additive. Il s’agit d’un métal très résistant à la corrosion. La ductilité de la poudre fine d’acier figure parmi ses atouts pour l’impression 3D. L’acier permet la fabrication des moules et des outillages rapides.

Concernant l’aluminium, il s’avère non seulement solide, mais également très léger, idéal pour l’alliage. Il intervient dans la confection des moules aux géométries complexes, et des pièces flexibles et résistantes à des températures élevées.

L’alliage cobalt chrome est destiné pour l’impression 3D. Les moules et les outillages réalisés à partir du Cobalt sont connus très solides, résistants à la corrosion.

L’or et le titane s’impriment directement en 3D en utilisant des poudres frittées par laser. Ils sont coulés dans des plaques ou moules destinés pour l’impression 3D. Des filaments composites semblables aux métaux précieux existent aussi pour imprimer en 3D. Par ailleurs, avec l’avancée de la technologie, des filaments composites métalliques à base de pla permet de créer du fil pla.

Les consommables en matière organique et céramique pour l’impression 3D

La matière organique la plus courante concerne les cires. Il s’agit d’un polymère, se fondant comme les plastiques, pla imprimante 3d. Il peut être de couleur bleu, verte ou grise. Cette résine calcinable est idéale pour concevoir des moules pour fonderie. Des pièces plus précises et de qualité résultent des cires. L’objet possède des aspects lisses, sans porosité. Toutefois, les cires semblent limitées en termes de souplesse et de solidité.

Concernant les matériaux en céramique pour imprimer en 3D, ils englobent le plâtre, l’alumine et la silice. Ils nécessitent des procédés d’impression. Ils demandent également d’un traitement par émaillage avec des températures de plus de 1000 degrés pour permettre le durcissement, le lissage et la brillance de l’objet. La céramique est avantageuse par sa faculté d’étanchéité. Elle respecte l’environnement en étant recyclable. Elle est excellente pour la fabrication des assiettes, des tasses.

Diverses variétés de consommables pour l’impression 3D existent selon la nature des matériaux. Les consommables plastiques concernent principalement les filaments 3D PLA, un matériel simple et rigide, et le filament 3D ABS, constitué d’un thermoplastique résistant, flexible. Pour les métaux, ils s’utilisent sous forme de poudre, disposant une résistance à la corrosion, et requérant des techniques suffisamment longues en termes d’impression 3D. Les matières organiques, notamment les cires, sont des polymères destinés à la confection des objets de qualité. Les matières céramiques, demandant des procédés propres, nécessitent de la chaleur élevée.

 

Les avantages d’une imprimante 3D SLA ?
Création et impression d’étiquettes pour professionnels : contactez en ligne un prestataire spécialisé