Les différentes techniques d’impression sur textile

Si certains tissus offrent un rendu naturel agréable à l’œil, d’autres nécessitent des interventions pour les mettre plus en valeur. De nombreuses techniques ont alors été développées depuis la nuit des temps pour arriver à cette fin. L’impression sur tissu a commencé de façon artisanale, et a évolué au fil des siècles. Plusieurs autres procédés peuvent aujourd’hui venir en aide à l’industrie textile pour la fabrication de tissus les plus variés possibles, comme l’impression flex, en termes de couleurs et de motifs. Cependant, selon la qualité de finition recherchée et le type de mailles à traiter, une technique peut s’appliquer de préférence par rapport à une autre.

La technique artisanale

Il s’agit évidemment de la manière de faire la plus ancienne, depuis que l’homme a eu envie de mettre de la couleur sur ses vêtements. Le travail se fait en grande partie manuellement. Cependant, du matériel vient en renfort au moment de l’impression sur textile, selon le niveau de complication des dessins et motifs à incruster. En alternative à la planche sculptée du XVIIIe siècle par exemple, de nouveaux procédés plus ou moins fastidieux en ce qui concerne la préparation, se sont développés pour des résultats toujours aussi artistiques et agréables au regard. Citons entre autres le pochoir qui consiste à utiliser un motif prédécoupé avant d’appliquer la teinte, ou encore le batik.

La méthode industrielle

Afin de faciliter la tâche, et surtout dans le souci de produire un maximum de quantité en un minimum de temps, l’industrialisation de la technique ne pouvait être évitée. De nos jours, même si les méthodes artisanales continuent à être utilisées, de nouvelles possibilités se proposent avec l’usage de machines. L’une d’entre elles, notamment l’impression flex ou flexographie, permet par exemple d’obtenir un très bon résultat tant en niveau de couleur que de durabilité, l’image restant toujours de belle qualité après plusieurs lavage. Contrairement à la sérigraphie classique, cette procédure n’exige pas un volume minimum de production pour valider une commande.

Le procédé numérique

La pointe de la technologie s’est bien entendu frayé un chemin, et pris une place dans le domaine de l’impression sur textile. L’informatique incruste le motif de deux manières différentes. La première consiste à appliquer la couleur directement sur le tissu, d’où son appellation d’impression digitale directe. La seconde dite transfert numérique s’accomplit en insérant le motif sur un film de transfert, avant de presser ce dernier sur le tissu.

Ecolo et tendance : pourquoi il faut oser les goodies en matière recyclable
Quels sont les goodies indispensables pour participer à un salon ?